Pointe de Trivaux

L'arrivée du tramway Viroflay-Châtillon (T6) a marqué un tournant pour Meudon-la-Forêt. Cela a été l'occasion, pour la Ville et les Forestois, de réfléchir ensemble au devenir de la Pointe de Trivaux, autour d'un ambitieux projet d'écoquartier.

Le projet d'écoquartier

Le quartier de Meudon-la-Forêt a été aménagé dans les années 60 pour y construire 7500 logements, des équipements publics, des commerces et un réseau de voirie reliant ce quartier au reste de Meudon et à la RN 118.

La Pointe de Trivaux ne sera aménagée qu'au début des années 70 pour répondre aux besoins de la population avec des équipements scolaires et sportifs, de petite enfance, une clinique et des logements sociaux. Un projet de métro est même envisagé à l'époque. Un hôtel et le complexe sportif géré par Forest Hill seront construits par la suite.

Le projet du réaménagement du secteur de la Pointe de Trivaux a été présenté au conseil consultatif de quartier le 1er juillet 2009.

Ce secteur s'étend sur 11 hectares, dont 7 appartiennent à la Ville, ce qui facilite d'autant la cession des terrains.

Les objectifs du projet sont les suivants :

  • Repenser le quartier de manière équilibrée et engager une vaste réflexion urbaine afin de recréer, pour les Forestois, un secteur de ville autour de trois pôles.

Il s'agit de recomposer le secteur de la Pointe de Trivaux et d'assurer sa requalification pour lui donner une vocation nouvelle pour en faire un lieu attractif autour de trois pôles :

- un pôle de sports et de loisirs qui peut mixer les équipements publics et privés

- un pôle d’activités économiques (artisanat, loisirs, commerces, bureaux...) 

- un pôle de logements (dont 25 % de logements sociaux)

  • Requalifier les espaces publics paysagers 

La Ville a opté pour un écoquartier afin d'y intégrer des objectifs de développement durable, de développement économique et de mixité intergénérationnelle et sociale. Cette démarche s'accompagne d'une concertation régulière avec les habitants sur leurs attentes et leurs avis.

  • Accompagner l’arrivée de la ligne T6 du tramway et ses deux stations présentes sur le secteur de la Pointe de Trivaux
  • Prendre en compte la baisse des effectifs dans les collèges

En lien avec le conseil départemental et l'Éducation nationale, il a été décidé dès 2009 de n'avoir plus qu'un seul collège sur le quartier. Le collège Armande Béjart a ouvert ses portes en septembre 2016 après plus de deux années de travaux.

La concertation

Dans ce projet, les Meudonnais ont un rôle capital à jouer. La démarche de rencontre avec la population entreprise par la Ville a permis d'identifier celui des trois projets ayant emporté la plus large adhésion des habitants.

1re phase de concertation : 2011/2012

  • Du 15 septembre au 1er décembre 2011, les Meudonnais ont donné leurs avis sur les 3 projets d'intention d'aménagement proposés par les cabinets d'architecte Ruelle, Lion et Devillers. L'objectif de cette consultation était de retenir un seul projet. Quelque 200 avis ont été recueillis sur un formulaire papier, en ligne et lors de deux réunions publiques (12 octobre 2011 et 15 novembre 2011).
  • Le 31 janvier 2012, le conseil municipal a délibéré pour retenir le projet qui avait aussi recueilli le plus d'avis favorables de la part des Meudonnais.
  • Le 14 février 2012, le bilan de la 1re phase de concertation a été présenté aux Meudonnais ainsi que les réserves émises à prendre en compte pour la 2e phase de concertation.

2è phase de concertation : 2012

  • Au cours de la réunion du 14 février et jusqu'au 16 mars, la Ville a recueilli l'opinion des Meudonnais sur le projet d'éco-quartier et sur leurs attentes à travers un sondage: 1281 réponses ont été analysées.
  • Le 27 juin, les résultats du sondage d'opinion ont été présentés ainsi que les aménagements apportés au projet Devillers consécutifs à l'ensemble de la concertation. Sur le projet de Christian Devillers, les commentaires et remarques avaient essentiellement porté sur:

    • la préservation du square de la Pépinière
    • un projet d'immeuble de bureaux trop haut sans percée visuelle
    • un programme de logements de hauteur modérée (Rez-de chaussée + 5 étages)
    • des équipements publics trop excentrés
    • l'absence d'un espace vert public
    • l'empiètement du projet sur une parcelle privée
    • le manque de commerces de proximité


    Les réponses apportées par la Ville et le cabinet Devillers ont été :

    • le maintien du square de la Pépinière qui fera la jonction entre le secteur de Joli-Mai et la Pointe de Trivaux
    • l'abaissement des immeubles de bureaux en R+5 en cohérence avec le reste du secteur pour les immeubles d'habitation
    • la relocalisation des équipements publics dans un nouveau bâtiment à l'entrée de la rue Paul-Demange avec le club senior du Sourire, la ludothèque, l'espace Jules Verne, l'espace multimédia et les salles associatives
    • la relocalisation de la crèche en pied d'immeuble, donc plus proche des logements et à proximité du bâtiment scolaire
    • la création d'un square public
    • le maintien du second terrain de sport mais qui sera ouvert à tous en dehors de son utilisation par les clubs et les écoles
    • l'implantation de commerces de proximité et notamment une moyenne surface.

 3è phase de concertation : 2013/2014

  • Le 24 octobre 2013,  la Ville a modifié le PLU en fonction des derniers ajustements apportés au projet.
  • Le 27 mai 2014, une nouvelle réunion publique est organisée pour présenter les nouvelles modifications du projet:

    • Le pôle intergénérationnel est davantage intégré à la vie de Meudon-la-Forêt. Il est positionné de manière plus centrale, sur la rue de la Pépinière et sur le terrain occupé actuellement par le club senior. D’une hauteur limitée (rez-de-chaussée + 2 étages), il accueillera le club senior du Sourire, la ludothèque, l’espace multimédia et l’espace Jules Verne.
    • Le square de la Pépinière est conservé.
    • Les terrains de Forest Hill (hôtel) et de la BP ne sont plus intégrés au projet.
    • La hauteur des immeubles d’habitation reste modérée (R+5).
    • Un espace vert public sera prévu le long du mail piétonnier.
    • L’implantation de commerces de proximité, notamment une moyenne surface est également prévue.
    • La crèche collective municipale sera localisée, de façon plus centrale, en pied d'immeuble, sur l’îlot situé entre la rue de la Pierre aux Moines et la rue Paul Demange.


    Un nouveau plan masse a été dessiné et permet de dégager les grands principes d'aménagement avec :

    • l’implantation orthogonale, le plus souvent en peigne pour les immeubles de logements. La hauteur maximale uniforme de 19 mètres est bien inférieure aux règles du sous-secteur UCc du Plan Local d'Urbanisme (30 mètres),
    • les aménagements paysagers tant publics (un mail planté bordé de bassins et alignements d’arbres, rues Maskeret-Batia et Paul-Demange, de nouvelles sentes piétonnes, des espaces ou voiries publiques redimensionnées au profit des piétons) que privés (intérieur des îlots traité en espaces verts ou libres),
    • la localisation d’un équipement public, rue de la Pépinière regroupant plusieurs services publics actuellement éparpillés sur le secteur.
    • les équipements sportifs publics (stades) comportant un terrain de foot homologué, une tribune et un club house (6 mètres de hauteur), un nouveau square public, une patinoire (10 mètres de hauteur), un parking public situé à l’ouest du secteur.
    • Un volume permettant, à l’extrême est du secteur, la construction d’une école maternelle et d’un centre de loisirs.
    • un volume permettant l’implantation d’un complexe de sport et de loisir, de commerces dans le prolongement de la patinoire (22 mètres), avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny,
    • des bâtiments en façade sur la rue du Petit Clamart qui pourraient accueillir des activités  économiques (bureaux, hôtels, commerces), résidences services ou logements.
    • un immeuble « proue » en entrée de ville, résolument haut afin de faire écran à la RN118 et qui doit pouvoir se prolonger sur le territoire de Vélizy.

La poursuite du projet

À l'issue des phases de concertation, le projet d'écoquartier est entré dans une phase de conception par la désignation d'un binôme architecte-promoteur.

  • 3 juillet 2014 : mise en concurrence

Le Conseil municipal a lancé une procédure de mise en concurrence auprès d’opérateurs. Cette étape est préalable à la cession sous conditions, des terrains communaux et à l'élection d’une commission technique. Cette commission est composée d'élus chargés d’ouvrir les plis contenant les dossiers de candidatures et de les analyser. La commission sera également chargée de donner son avis sur les candidats pouvant être retenus, selon un ordre de classement. 

  • 4 décembre 2014 : le Conseil municipal retient 6 candidats

Le Conseil municipal délibère et retient 6 candidats admis à présenter une offre : BNP, Nexity, Bouygues, Eiffage, Vinci et Icade. Les offres de ces candidats ont été analysées par la commission technique pré-citée (voir paragraphe précédent). Un cahier des charges leur a été transmis pour définir un programme précis en l’assortissant de conditions permettant de respecter les objectifs de la Ville.

  • 18 juin 2015 : les 6 candidats déposent leurs offres

Les offres sont  étudiées au regard de critères financiers, du respect du programme de logements, de l’aspect architectural, urbain et environnemental. Du 15 au 17 septembre 2015, les candidats ont été auditionnés par des représentants de la Ville.

  • 2 juillet 2015 : le Conseil municipal approuve la modification n° 2 du PLU concernant la pointe de Trivaux

Compte tenu de l’impossibilité d’aménager, pour l’heure, le terrain occupé par la société Forest Hill (fin du bail à construire en 2026), la Ville a souhaité faire évoluer le projet, afin de ne pas bloquer une partie conséquente du programme.

Dès lors, le secteur de plan de masse UPM10, qui prévoit l’implantation de la patinoire sur le terrain occupé par Forest-Hill, n’était plus cohérent avec le projet. La réalisation de cet équipement sera donc envisagée sur une autre emprise foncière maîtrisée par la Ville. L'’aménagement du périmètre, comprenant les terrains occupés par Forest-Hil et ceux situés à l’ouest des rues Maskeret Batia et Paul-Demange, nécessitait une  modification du PLU pour rétablir les règles d’urbanisme identiques à celles de Meudon-la-Forêt et les adapter au projet.

  • De juillet 2015 à février 2016 analyse des offres par la commission technique et audition des 6 candidats
  • De mars à octobre 2016 : le calendrier prévisionnel

En mars 2016, la commission technique a déposé son rapport sur les offres reçues : elle a proposé un classement et a transmis un avis au maire en lui recommandant d'engager les négociations avec un ou plusieurs candidats.

D'avril à août 2016 : Le maire a engagé les négociations puis a saisi l'assemblée délibérante de son choix. Cette saisine a été accompagnée d'un rapport détaillé explicitant les motifs du choix d'une ou plusieurs société(s) et d'une présentation de l'économie générale des conditions de la cessions des terrains à intervenir.

Choix des prestataire pour la construction du pôle intergénérationnel : cette opération de travaux a été confiée au groupement composé de l'atelier Dutrevis (architecte mandataire), la société COTEC et la société Accord Acoustique (bureau d'étude)

Chiffres clés
Le délai d'exécution des travaux est de 10 mois pour un montant total de 2 114 817 €

  •