Bellevue

En 1822, Achille Guillaume, financier et homme d’affaires, acquiert le domaine de l'ancien Château de Bellevue pour y construire des villas. L’ancienne cour d’honneur prend le nom de Place Guillaume et les anciennes allées du domaine sont transformées en voies privées.

Dans un style très anglais, les rues et avenues du lotissement sont de grandes allées arborées et bordées de maisons individuelles dont les propriétaires sont de riches familles parisiennes.

Ces grandes familles, très influentes, possèdent la plupart des terrains à Bellevue et sont à l’origine du Temple protestant, de l’église catholique Notre-Dame de Bellevue en 1854 et du bureau de poste route des Gardes en 1880 . Elles administrent également les écoles privées et empêchent la création d’une école communale jusqu’en 1863. À plusieurs reprises dans la seconde moitié du XIXè siècle, les riches propriétaires demanderont la séparation de Bellevue et de Meudon pour constituer une commune à part. 

- Agrandir l'image, .JPG 248Ko (fenêtre modale)
Cliquez pour agrandir

Les voitures des marchands du marché

Les chevaux stationnés boulevard Verd-de-Saint-Julien, à proximité de la place du marché.

- Agrandir l'image, .JPG 266Ko (fenêtre modale)
Cliquez pour grandir

Le marché

Le marché de Bellevue à l’emplacement actuel de la place Stalingrad. 

 

 

- Agrandir l'image, .JPG 199Ko (fenêtre modale)
Cliquez pour agrandir

La Grande Rue (une voiture à âne)

La Grande Rue de Bellevue prise depuis la place Aristide-Briand. 

Cette rue constituait le cœur de Bellevue grâce à ses cafés, commerces et restaurants dont certains étaient de grande renommée. D’abord dénommée "Route publique de Sèvres à Meudon" puis Grande Rue, elle prend le nom de rue Marcel Allégot, par délibération du 9 août 1945, en hommage au résistant F.T.P.F. mort à son retour de déportation.

- Agrandir l'image, .JPG 245Ko (fenêtre modale)
Cliquez pour agrandir

La Grande Rue, trois voitures

Quelques vestiges du château de la Marquise de Pompadour subsistent en 1890 : l’Aile des Bains abritant l’hôtel de la Tête noire mais également les vestiges de l’aile de la Comédie appelée également le théâtre « à la chinoise ».

- Agrandir l'image, .JPG 225Ko (fenêtre modale)
Cliquez pour agrandir

La terrasse de Madame Pompadour vers 1890.

Dénommée Place Guillaume, cette place marque l’emplacement précis du bâtiment central du château de la marquise de Pompadour. L’aménagement de la place voulue par Achille Guillaume est encore largement visible aujourd’hui : un passage voûté permet d’assurer un accès direct à la rue Basse-de-la-Terrasse. En 1919, la place Guillaume prend le nom de place du Président Wilson. 

- Agrandir l'image, .JPG 240Ko (fenêtre modale)
Cliquez pour agrandir

Avenue Mélanie, côté du chemin de fer.

Ouverte en 1826, l’avenue Mélanie (prénom de la femme d’Achille Guillaume) était la voie centrale de son lotissement, dont le tracé reprend l’axe principal du tapis vert de l’ancien domaine de Mesdames de France. En 1919, l’avenue Mélanie devient l’avenue du Onze Novembre.

En arrière-plan, le passage à niveau de la ligne de chemin de fer supprimé en 1936 et remplacé par un passage souterrain.