La Parisienne, à la Meudonnaise !

La Parisienne, ce sont quatre jeunes Meudonnais. Quatre musiciens talentueux, quatre amis qui, au fil du temps et des rencontres, se sont forgés un style bien à eux; mélange de rock anglais mâtiné de style afro-américain. Depuis 2009, Nils, Willy, Daryl et Samy font la tournée des petites scènes parisiennes et meudonnaises. Leur objectif ? Vous faire danser !

- Agrandir l'image, .JPG 1.3Mo (fenêtre modale)
La Parisienne profite des équipements de l'Espace Robert Doisneau avant leurs concerts et pour enregistrer leurs musiques.

Qui est La Parisienne ?

Nils : C’est un groupe de musique fondé en 2009. La composition du groupe a beaucoup évolué au fil du temps. Willy et moi étions là au début, puis Samy nous a rejoints quelques années après. Nous avons rencontré Daryl alors que nous répétions au studio de musique du Potager du Dauphin. Aujourd’hui nous sommes quatre musiciens, quatre amis. Nous avons tous les quatre grandi à Meudon. Willy est le chanteur du groupe et il joue de la guitare avec Daryl, et Samy est à la batterie. Moi je joue de la basse. Nous avions tous des bases pour jouer de nos instruments, mais nous avons beaucoup appris ensemble.
Willy : Nous jouons des reprises mais surtout des chansons originales. J’écris plusieurs titres avec un ami bilingue. Il m’aide à traduire en anglais les messages que je souhaite transmettre. Ensuite je compose la mélodie. Nous avons maintenant quelques titres emblématiques qu’on nous réclame en concert.
Samy : Nous avons commencé à répéter dans des studios de musique parisiens comme La Canopée. Mais les tarifs sont très élevés, alors nous avons préféré répéter dans les studios de Meudon. D’abord celui du Potager du Dauphin et maintenant le studio de l’Espace Robert Doisneau. L’équipement est très complet (ampli, batterie…) et il est aussi possible de s’enregistrer.

Comment définissez-vous votre style de musique ?

Daryl : C’est un mélange. On s’est beaucoup inspiré des groupes de la vague rock du début des années 2000 comme les Arctic Monkey, car ce sont des musiciens qu’on aime beaucoup. Mais on écoute aussi beaucoup de musique afro-américaine, que ce soit du rap, de la soul, du blues… C’est très diversifié, très instrumental, très rock !
Willy : Concernant nos chansons, elles parlent de notre quotidien, d’anecdotes que nous avons vécues, d’événements qui nous ont marqués. Ce sont toujours des histoires amusantes et des messages positifs !
Nils : Notre musique doit donner envie de s’amuser, de se laisser aller et de danser !

Pourquoi avez-vous nommé votre groupe La Parisienne ?

Willy : C’est une réflexion qui date de la création du groupe. Qu’est-ce qu’on aime et qu’est-ce que l’on veut transmettre ? La parisienne, c’est une femme sophistiquée, indépendante qui sort de l’ordinaire ! Cela illustre bien notre état d’esprit. On essaie toujours de se distinguer des autres et d’apporter une unicité. Cela nous a pris du temps de trouver notre propre « son » mais aujourd’hui à force de travail, on peut dire que nous avons créé un style de musique qui nous ressemble.

Comment avez-vous réussi à vous faire connaître ?

Daryl : Au fil des rencontres dans les studios où nous répétions, nous avons eu plusieurs opportunités. Nous avons participé à des Jam Session et à des festivals. Ce sont des événements qui rassemblent plusieurs jeunes musiciens comme nous. On va à la rencontre de notre public, on entend les critiques et cela nous permet toujours de trouver de nouvelles sources d’inspiration.
Samy : Répéter à Meudon nous a également ouvert beaucoup de portes. En 2013, nous avons ainsi pu jouer la première partie du groupe La Maison Tellier à l’Espace Robert Doisneau. C’était incroyable de rencontrer des musiciens professionnels comme eux, que nous admirons. L’espace jeunesse nous a aussi permis de jouer plusieurs fois à Meudon.
Willy : Nous avons aussi joué en Belgique. C’était à Woluwe-Saint-Lambert, une ville jumelée avec Meudon, dans le cadre d’un festival.

Quels sont vos projets ?

Nils : Ce que l’on préfère, c’est monter sur scène. Nous voyons plus la musique comme un moment de partage. C’est pour ça que nous nous concentrons sur les répétitions et la création. Nous souhaitons vraiment nous perfectionner et faire davantage de concerts. ME