Marine Hunter, l'appel du large

À 22 ans, Marine Hunter est la 4è meilleure Française de windsurf en slalom. Si Meudon représente son port d’attache, c’est sur les côtes Normandes que cette jeune championne peaufine sa technique. Avec une seule ambition : se hisser au sommet de la hiérarchie et obtenir le statut de sportive de haut niveau.

- Agrandir l'image, .JPG 1.8Mo (fenêtre modale)
Marine hunter s’est fait un nom parmi les
meilleures planchistes françaises en un temps record, elle qui n’a débuté la compétition qu’en 2011.

Quand avez-vous débuté le windsurf et qu’est-ce qui vous séduit dans cette discipline ?

Mes parents m’emmenaient chaque été à Pornichet, où j’ai effectué plusieurs stages de voile. Cela me plaisait bien mais sans plus. Le déclic, je l’ai eu grâce à mon frère lorsqu’il est rentré de son année de césure en Australie. Il était moniteur de surf là-bas et m’a guidé dans mon apprentissage. J’ai découvert cette discipline tardivement, j’avais 16 ans et suis vite devenue une passionnée. J’aime être au plus près des éléments, de la mer et du vent. Ce sport est exigeant tant sur un plan technique que physique. Ces difficultés m’ont donné envie d’aller plus loin, de vivre ma vie à fond et de progresser. C’est dans mon caractère !

Quels sont vos atouts et est-il possible de gagner sa vie avec le windsurf ?

J’ai fait mes premiers pas en compétition il y a peu de temps, avec une progression rapide. Forcément, je dois encore m’améliorer. Lorsqu’on se trouve dans une flotte avec quinze autres planchistes, il faut savoir choisir sa trajectoire, bien négocier ses virages en conservant le plus de vitesse possible. L’envers du décor, c’est que le windsurf coûte cher. Je suis tout le temps en recherche de sponsors. Quant aux prize money(gains), ils n’existent que pour les championnats du Monde et les hommes sont très avantagés par rapport aux femmes.

Comment avez-vous pu obtenir d’aussi bons résultats sportifs tout en vivant en région parisienne ?

Mes spots d’entraînement se situent entre Calais et Cherbourg. Je m’y rends une à deux fois par semaine, le plus souvent en covoiturage avec d’autres windsurfeurs afin de limiter les frais de transport. Mon club Voiles de Seine Boulogne-Billancourt a noué un partenariat avec celui d’Ouistreham en Normandie pour que je puisse aller surfer le dimanche. J’ai décidé cette année de parfaire ma préparation physique en m’inscrivant dans une salle de musculation. Passer toute une journée sur l’eau, cela demande beaucoup d’endurance. Je pratique aussi l’escalade et la course à pied dans la forêt de Meudon. Entre mon travail chez Décathlon et mes entraînements, mon emploi du temps est chargé.

Votre ambition est de devenir sportive de haut niveau. Comment pensez-vous y parvenir ?

Il faut monter sur le podium lors du championnat de France pour prétendre à ce statut. Je n’y crois pas trop cette année, car mes principales rivales sont redoutables et j’ai encore besoin d’acquérir de l’expérience. En revanche, en 2016, pourquoi pas ! Être sportif de haut niveau permet de mettre toutes les chances de son côté pour percevoir des subventions de la Région. Certaines entreprises accordent des facilités à l’embauche et il en est de même pour s’inscrire dans bon nombre d’écoles. Comme j’ai mis mes études de biologie entre parenthèses, cela peut me servir.

En dehors du championnat de France, quels sont vos autres objectifs pour 2015 ?

Je prendrai le départ d’un maximum de courses internationales, principalement en Europe. Le rendez-vous le plus important, c’est le championnat du monde IFCA qui aura lieu en Allemagne cet été. En slalom, il y a une épreuve de l’Euro Cup en Suisse où le niveau devrait être très élevé.

Avez-vous déjà songé à vous installer en bord de mer ?

J’ai vécu à La Rochelle, lorsque j’étais étudiante. Mais Meudon reste mon port d’attache. Tous mes souvenirs sont ici, ma famille, mes amis. Je me souviens qu’avec ma mère nous allions au marché puis nous promener à l’Observatoire, le week-end. Mon frère et moi avions aussi testé tous les parcours santé en forêt. Je n’imagine pas me sentir mieux ailleurs qu’à Meudon. CF