Expression des groupes politiques

En application de la loi du 2 février 2002 relative à la démocratie de proximité, un espace d’expression est réservé aux groupes politiques composant le conseil municipal. Les textes, informations et chiffres publiés engagent l’unique responsabilité de leurs auteurs et reflètent leur seule opinion.

Liste De l’air ! Rassemblement des citoyens, écologistes et radicaux

Meudon : cinq éléments pour l’environnement

Il appartient à ceux qui attachent de l’importance aux questions écologiques d'inventer des réponses locales qui permettront de poursuivre la dynamique de manière globale. Depuis plusieurs années, lors du débat sur le budget municipal, je demande un plan de rénovation énergétique du patrimoine municipal et une étude sur les économies que représenterait la couverture par des panneaux solaires des crèches, maternelles, écoles primaires et établissements municipaux. Ma demande a enfin été prise en compte : une étude est en cours, on avance.

Mais nous pourrions aussi intervenir dans la gestion des coupes de bois en forêt ; relancer l’utilisation de la géothermie à Meudon la Forêt ; obtenir l’équivalent d’Airparif pour mieux connaître les pollutions actuelles et à venir ; établir un recensement et une exploitation des sources meudonnaises…

Une écologie de terrain, en marche.

Liste Meudon terre de talents, de solidarité, d’avenir

Pas de texte transmis.

Liste Meudon c'est vous

Envie d’une Europe écologique et sociale

L’Europe est une construction politique unique et son modèle social est envié dans le monde entier. Par ses valeurs, sa puissance économique, son rayonnement culturel et scientifique, ses réalisations dans des domaines tels l’aérospatial, l’agriculture et l’agroalimentaire, la citoyenneté européenne ou les programmes d’échange universitaires, elle donne aux nations qui la composent la masse critique pour peser dans un monde d’Etats continents. Plongée dans une crise interminable, elle décourage pourtant les peuples et réveille les nationalismes et les séparatismes. Tant qu’elle comptera autant de chômeurs, en particulier des jeunes, tant qu’elle ne sera qu’un grand marché innovant peu et protégeant mal, l’Europe ne renouera pas avec l’adhésion populaire.

Il faut relancer et réorienter l’Europe. Un vaste programme d’investissements et de grands travaux s’impose dans une perspective de transition écologique, au service du climat, de la protection de la nature et de l’emploi, pour assurer notre avenir, diminuer les factures d’énergie et protéger notre santé. L’accélération de la transition écologique doit soutenir la consommation populaire et les investissements dans les infrastructures énergétiques et de transport, l’emploi des jeunes, la qualification des travailleurs. Un gouvernement économique de la zone euro doit voir le jour pour consolider un marché intérieur fondé sur un projet partagé, en organisant des convergences sociales vers le haut. Il doit mettre en place une fiscalité plus juste à l’échelle européenne et sanctionner les paradis fiscaux, pour compléter la coordination budgétaire.

Démocratiser les institutions européennes passe d’abord par un parlement aux pouvoirs renforcés et une meilleure implication des parlements nationaux dans les politiques européennes. A l’Union d’assumer elle-même sa sécurité et sa défense, de promouvoir la réciprocité commerciale et protéger nos entreprises et nos emplois, de défendre les services publics, de lutter contre la pauvreté et la précarité, de créer un axe Europe-Méditerranée-Afrique. Dans la mondialisation, une Europe forte est un levier fondamental pour l’accomplissement du progrès humain.

Liste Meudon ensemble

Le Président de la République l’a exprimé à maintes reprises ces dernières semaines : l’échelon local et plus particulièrement municipal doit être revalorisé et considéré pour ce qu’il est, un rouage essentiel de la démocratie du quotidien et le principal acteur dans l’accès aux services publics de proximité. Si nous ne pouvons qu’abonder en ce sens, il apparaît néanmoins important de souligner le paradoxe entre ce voeu pieux et le constant désengagement de l’État.

Financièrement d’abord, avec la baisse constante de la Dotation globale de Fonctionnement, plus de la moitié en 10 ans, la diminution des subventions versées par la Caisse d’Allocation familiale qui aide la Ville à financer,entre autres, les crèches, mais aussi la suppression de la taxe d’habitation qui constituait une ressource précieuse permettant de financer vos projets d’avenir. Nous avons fait le choix de pallier ces diminutions par une gestion rigoureuse et responsable de notre budget, sans augmentation des taux
locaux des impôts communaux.

En outre, ce désengagement est aussi humain, avec des difficultés de plus en plus grandes pour les communes de pouvoir assurer le maintien des services indispensables à sa population. En témoignent la participation financière de la Ville au centre de santé de la Croix-Rouge ou à la maison de santé de Meudon-la-Forêt pour maintenir le nombre de médecins généralistes à Meudon ou notre intervention récente auprès de la ministre de la Santé sur l’avenir du service des urgences de l’hôpital Antoine Béclère. Ajoutons à cela la nécessité de recruter plus de policiers municipaux et à en renforcer les missions, devant la diminution des effectifs du commissariat.

En parallèle, l’État en attend de plus en plus de la part des communes. Il n’hésite plus à transférer certains aspects de son champ de compétences, sans pour autant que les financements correspondants suivent. C’est ainsi l’exemple récent du transfert, au service municipal de l’état civil, l'instruction des dossiers de Pacs et la lutte contre les reconnaissances frauduleuses d’enfant, des prérogatives auparavant exercées par le tribunal d’instance, ou la prise en charge de la procédure de célébration des mariages de personnes
protégées et la constitution des papiers d'identité des personnes ne pouvant de déplacer !

Face à ce constat, et pour garantir tant la qualité de vos services publics que la capacité d’investissement et de développement de la Ville, nous travaillons à l’optimisation et à la mutualisation de nos moyens avec les communes voisines de Ville-d’Avray, Sèvres et Chaville : les services informatiques, la sécurité et la prévention ou l’harmonisation des tarifs d’accès aux équipements sont autant de pistes intéressantes.
Il est urgent de repenser la place des collectivités locales dans notre pays. Trop souvent, nous sommes encore l’échelon expiatoire sur lequel l’État vient se défausser faute de pouvoir assurer lui-même ses missions. Nous en appelons donc à une véritable refonte des relations entre les collectivités locales et l’État, autour d’un pacte républicain visant à garantir la pérennité de l’action de la commune et son autonomie financière !

Un appel dont nous espérons la traduction dans les textes en préparation au Gouvernement…

Les textes mis en ligne sont intégralement les mêmes que ceux publiés dans l'édition en cours du Chloroville