Histoire et patrimoine scientifique

Avec le CNRS, l'ONERA et l'Observatoire de Paris, Meudon est à la pointe de la recherche de l'aérodynamisme, de l'observatoire spatiale et de la physique.

Le CNRS

Organisme public de recherche créé en 1939, le centre national de la recherche scientifique exerce son activité dans tous les champs de la connaissance. Place forte historique du CNRS, Bellevue est aujourd’hui la délégation régionale pour l'Île-de- France Ouest et Nord. 

Près de 2600 chercheurs travaillent sur des thèmes de recherche très divers et forment une communauté scientifique très productive en termes de prix, de brevets et d’innovations. Le site de Meudon comprend deux laboratoires de recherche, un sur la matière condensée et un de géographie physique.

Récemment, Meudon-Bellevue a vu l'arrivée du pôle communication Île-de-France, dont l'objectif est d’accroître la visibilité du CNRS dans cette région qui représente 40% de son potentiel scientifique.

L'ONERA

Fleuron de l’histoire industrielle et aéronautique, la grande soufflerie a été construite en 1932. Elle reste le symbole du site de Chalais-Meudon, où 200 personnes calculent, simulent, modélisent et expérimentent des prototypes d’avions et d’objets spatiaux qui vont du bas subsonique (quelques dizaine de km/h) à l’hypersonique (plus de 5000 km/h).

Derrière le hangar Y, dans le site de 12 hectares du centre d’étude et de recherche aérospatiale de Meudon, trônent aujourd’hui plusieurs souffleries de diverses puissances. Si la plus grande, classée Monument Historique, est inutilisée depuis plusieurs décennies, les autres, qui vont jusqu’à Mach 10, soit 10 fois la vitesse du son, servent toujours à tester l’aérodynamique des avions civils et militaires, des missiles, des navettes et des sondes spatiales.

L'ONERA regroupe 2000 collaborateurs, dont 1500 scientifiques, répartis sur huit sites, dont celui de Meudon, le seul centre au monde qui compte autant d’années d’histoire continue de l’aérostation à l’aérospatial. Depuis 1877 et la création du centre d’aérostation militaire, il fait progresser la conquête des airs et de l’espace.

L'observatoire de Paris-Meudon

En 1667, les ruines du Château Neuf sont transformées, par l'astronome Jules Janssen, en une annexe de l'Observatoire de Paris. Il est aujourd’hui le plus grand pôle national de recherche en astronomie et en astrophysique. C’est aussi l’un des plus actifs et des plus productifs au monde. Implanté sur trois sites, Paris, Meudon et Nançay, il fait partie des Grands établissements relevant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Environ 800 personnes y travaillent, dont 400 à Meudon.

Les recherches menées par les chercheurs et ingénieurs de l'Observatoire de Paris couvrent tous les champs de l'astronomie et de l'astrophysique contemporaines. Elles sont le fruit de collaborations nationales, européennes et plus généralement internationales. Ce que le public sait moins, c’est qu’une importante partie de l'activité de l'Observatoire est dévolue à la réalisation d'instruments d'observation pour les télescopes géants au sol et pour les sondes spatiales.