La Ville de Meudon commémore, comme chaque année, l’anniversaire du génocide des Arméniens (24 avril) et la Journée du souvenir des victimes de la déportation (25 avril). En cette période où les rassemblements sont interdits, ces commémorations prennent la forme de vidéos mises en ligne sur le site internet et sur la page Facebook de la Ville.

Pour respecter les règles en vigueur pendant la crise sanitaire, les dépôts de gerbe se tiendront à huis clos restreint, sans rassemblement.

Anniversaire du génocide arménien

Entre avril 1915 et juillet 1916, deux tiers des Arméniens qui vivaient sur le territoire actuel de la Turquie, sont exterminés au cours de déportations et de massacres d’une ampleur sans précédent. Considéré comme l’un des premiers génocides
du XXe siècle, il a coûté la vie à 1,2 million d’Arméniens.

Cet épisode tragique poussa les familles à fuir à travers le monde et à s’exiler entre autres à Meudon. Après la Seconde Guerre mondiale, des exilés retournent en Arménie pour y vivre. Confrontés à la misère et à l’intolérance religieuse, certains préfèrent revenir en France dans les années 1970, notamment à Meudon-la-Forêt, avec 300 familles environ. La communauté, bien vivante, s’investit dans le tissu associatif (équipes sportives, échanges culturels, etc.) et continue de faire vivre son identité.

La place centrale a été ornée d’une mosaïque d’une artiste arménienne et représente l’un des symboles de l’Arménie éternelle, le mont Ararat.

Film réalisé à l’occasion du centenaire du génocide arménien (On the Prod/ 2015)

Journée du souvenir des victimes de la déportation

En 2020, la France a commémoré le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Meudon a payé un lourd tribut, 233 habitants sont morts, dans les camps, en prison, fusillés, au combat ou dans les bombardements. Sur les 72 personnes déportées seules 29 ont survécu.

Le 16 juin 2006, deux plaques ont été apposées à l’école Pierre-Brossolette et l’école Jules-Ferry en mémoire des enfants juifs déportés en 1942 et 1943. Dix enfants des familles Ostrowski et Brodzinski sont morts dans les camps d’Auschwitz-Birkenau.

A lire aussi

Mise à jour le : 21 avril 2021