Christophe Gervais, l'adresse miel

Informaticien de métier, Christophe Gervais fait des abeilles sa passion depuis une quinzaine d’années. En bon apiculteur urbain, il gère aujourd’hui trois ruchers, dont un à Meudon, dans les locaux du technopôle Bouygues Télécom. Il y produit un miel 100 % meudonnais, dont la dernière récolte a été récompensée.

- Agrandir l'image, .JPG 434Ko (fenêtre modale)
Le miel de Christophe Gervais a été récompensé au Concours des miels de la métropole du Grand Paris en décembre 2017. À cette occasion, la Ville s'est également vu distinguée pour son action en faveur de la biodiversité.

D’où vient votre intérêt pour les abeilles ?

Ce qui me plaît surtout, c’est le rapport à la nature. L’apiculture est une activité très variée qui m’a amené à appréhender la nature d’une autre manière. Je suis par exemple devenu sensible aux différentes floraisons. Cela apporte un autre regard sur cette harmonie entre monde végétal et monde animal. C’est aussi la possibilité de pratiquer une activité agricole avec peu de moyens, peu de mètres carrés et peu d’investissement. L’autre aspect passionnant est de contrôler toute une chaîne de production, de l’extraction à la consommation. 

Comment êtes-vous devenu apiculteur ?

J’ai d’abord été formé au Syndicat interdépartemental des apiculteurs de la région parisienne (SIARP) il y a cinq ans, puis j’ai eu la chance de disposer d’un rucher en ville, à Meudon. Il m’est gracieusement mis à disposition par Bouygues Telecom. L’installation de ruches sur les sites du groupe Bouygues est une tradition qui remonte à Francis Bouygues, le fondateur du groupe. Il y a toujours eu des ruches sur ce site depuis sa création en 2010. Elles étaient auparavant gérées par une société dans le cadre d’un contrat d’entretien. J’ai pu prendre le relais et déposer mes premières ruches en 2014. J’en ai maintenant six sur ce site. Chacune abrite entre 10 000 et 70 000 abeilles selon la saison. Nous produisons jusqu’à 30 kg de miel par ruche selon les années. Les récoltes se font en juin et juillet.

Vous partagez aussi cette passion auprès du public…

J’anime régulièrement des ateliers pour les collaborateurs avec visite des ruches, extraction de pollen et récolte de miel pour découvrir concrètement la vie des abeilles et comprendre leur rôle dans la sauvegarde de la biodiversité. L’abeille est l’insecte pollinisateur le plus visible, elle est une vitrine du cycle naturel, mais il y a des milliers d’autres espèces qui déclinent et que l’on ne remarque pas. Je ne peux qu’encourager les gens à se lancer dans l’apiculture. C’est passionnant et on apprend tous les jours. Mais il faut impérativement se former au préalable. Cela ne s’improvise pas et on y manipule du vivant. Il y a une réglementation à maîtriser et à respecter.

Quelles sont les caractéristiques du miel meudonnais ?

L’an dernier le miel de printemps était très floral et celui d’été très boisé et musqué, je l’ai même intitulé « miel de forêt ». La nature Meudonnaise, avec la forêt toute proche, offre une grande diversité florale aux abeilles. Et ces saveurs se retrouvent dans le miel. CR