Les tribunes d'expression politique

En application de la loi du 2 février 2002 relative à la démocratie de proximité, un espace d’expression est réservé aux groupes politiques composant le conseil municipal. Les textes, informations et chiffres publiés engagent l’unique responsabilité de leurs auteurs et reflètent leur seule opinion.

Les textes mis en ligne sont intégralement les mêmes que ceux publiés dans l'édition en cours du Chloroville

Liste Meudon ensemble

Autolib’ et Vélib’ : Meudon victime collatérale

Le feuilleton dure depuis plusieurs semaines. Les tractations entre le Syndicat Autolib’ Vélib’ Metropole et le groupe Bolloré ainsi que le consortium Smovengo vont très vraisemblablement aboutir à une rupture des contrats Autolib’ et Vélib’.

La facture pour les collectivités territoriales n’est pas aujourd’hui connue, mais elle sera considérable.

Le groupe Bolloré évoque près de 300 millions d’euros pour Autolib’, qui correspondent aux dettes du service auxquelles s’ajoutent les coûts de résiliation des contrats de sous-traitance ou encore le rachat des bornes de recharge. Le groupe ne serait redevable, lui, que de 60 millions d’euros, preuve qu’il avait sans doute bien mieux
négocié le contrat initial que l’ancien Maire de Paris.

Quant à Vélib’, impossible de savoir. Ce qui est certain, c’est qu’entre les indemnités à verser à Smovengo pour la durée du marché restant à couvrir et l’héritage d’un parc de vélos que personne ne pourra gérer, l’addition sera là aussi salée.

Ces deux services, si prometteurs à leur lancement, sont aujourd’hui de véritables fiascos financiers et politiques. Le modèle Autolib’, basé sur les abonnements, n’a jamais trouvé son point de rentabilité car le nombre d’utilisateurs réels n’a cessé de diminuer. Si le service compte aujourd’hui 150 000 abonnés, une voiture n’est louée en moyenne que 4 fois par jour. Quant à Vélib’, après le divorce entre la Mairie de Paris et l’opérateur JC Decaux, le montage avec Smovengo, nouvel opérateur, s’est rapidement avéré intenable. En cause, la mise en service de vélos électriques qui est devenue un véritable calvaire. Entre les problèmes de raccordement, de coordination et le recours malheureux à des batteries temporaires, le service a été presque aussitôt interrompu.

L’offre à Meudon n’est pas épargnée : fréquentation en baisse d’Autolib’ et bornes Vélib’ sans vélo… La Ville avait heureusement pressenti les difficultés et anticipé en limitant le nombre d’emplacements et le nombre de véhicules. La politique en matière de transport a davantage consisté en un renforcement de l’offre de bus et de tram.

Au-delà des conséquences financières pour les communes, que retenir de cette situation ?

Autolib’ et Vélib’ sont deux victimes d’une concurrence très forte dans le secteur du transport. La question est sensible en région parisienne où les déplacements sont une préoccupation constante de millions de personnes. C’est valable dans la capitale mais aussi pour les villes de la petite couronne comme Meudon. Il y a quelques années, il n’y avait pour se déplacer que le train, le métro, le bus et les taxis. Se sont ajoutés les Vélib’, puis le service d’Autolib’ alors précurseurs. Or aujourd’hui, l’utilisateur de ces transports dispose également des VTC, des scooters en libre-service (appelé « free floating », c’est-à-dire que l’engin peut être laissé n’importe où par les utilisateurs), mais aussi d’auto-partage. Les alternatives sont nombreuses et d’autres vont encore se développer au gré des progrès technologiques. Par exemple, la ville de Meudon s’est engagée avec Île-de-France Mobilités pour le déploiement d’une offre de location longue durée de vélos électriques.

La question du rôle des collectivités dans l’accompagnement de ces nouveaux modèles se pose déjà. Les communes sont particulièrement concernées par la question du transport quotidien de leurs habitants. Plusieurs types de transports publics sont saturés, comme le RER ou certains trains et lignes de métro et la politique menée par la ville de Paris vis-à-vis de l’automobile, sans recherche d’alternative crédible et sans considération pour la banlieue, n’améliore pas la situation. À cela, il faut ajouter les grèves nombreuses et durables, qui ne font que renforcer l’exaspération et l’épuisement de nombreux usagers. On l’oublie parfois, la question de la mobilité doit aussi prendre en compte la durabilité car l’engorgement des axes routiers est une source très forte de pollution de l’air. Les pics de pollution nous le rappellent chaque année. Tout cela doit être pris en compte dans l’élaboration des politiques publiques de transport.

Les collectivités de la banlieue parisienne sont victimes collatérales de l’échec d’Autolib’ et Vélib’. Sans doute aurait-il fallu qu’elles soient associées à la négociation des contrats, ce qui aurait permis d’éviter la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui.

En tout cas, la ville de Meudon sera particulièrement vigilante sur les conditions d’arrêt du service (déconstruction des stations, remise en état des voiries etc.).


La majorité municipale
Liste Meudon Ensemble.


Liste Meudon c'est vous

À l’heure où nous imprimons ce magazine, la tribune de la liste Meudon c’est vous ne nous a pas été communiquée.

Liste Meudon terre de talents, de solidarité, d’avenir

À l’heure où nous imprimons ce magazine, la tribune de la liste Meudon terre de talents,de solidarité, d’avenir ne nous a pas été communiquée.

Liste De l’air ! Rassemblement des citoyens, écologistes et radicaux

2020, c’est parti !

Dans un paysage politique en refondation la République En Marche doit s’implanter à l’occasion des municipales.
Réuni fin mai en présence de notre député Jacques Maire et des premiers conseillers municipaux ayant rejoint LREM, le comité des Marcheurs de Meudon a décidé que le moment était venu de lancer la construction d’un projet municipal participatif.
Ce projet s’organise dans l’esprit des valeurs de notre mouvement, avec les Meudonnais pour les Meudonnais.
Dès septembre, du Val-de-Seine à Meudon-la-Forêt, nous irons à votre rencontre, pour vous écouter, pour vous comprendre et pour imaginer avec vous notre Meudon de demain.
Nous voulons apporter un changement de méthode, une vraie implication des Meudonnais qui le désirent et favoriser la libération des énergies.
Toutes les bonnes volontés sont bienvenues, le comité local de LaRem sera ravi de vous recevoir !

Loïc Le Naour
Pour le comité La République En Marche Meudon
loic.le-naour@mairie-meudon.fr