Les tribunes d'expression politique

En application de la loi du 2 février 2002 relative à la démocratie de proximité, un espace d’expression est réservé aux groupes politiques composant le conseil municipal. Les textes, informations et chiffres publiés engagent l’unique responsabilité de leurs auteurs et reflètent leur seule opinion.

Les textes mis en ligne sont intégralement les mêmes que ceux publiés dans l'édition en cours du Chloroville

Liste Meudon ensemble

 Budget municipal : des finances saines malgré une baisse des dotations vertigineuse

Le contexte actuel des budgets des communes continue à être marqué par une baisse des dotations de l’Etat, alors même qu’on leur attribue de nouvelles tâches administratives qui relevaient jusqu’alors des compétences de l’Etat (célébration des PACS, prise en charge des demandes de changement de nom…). 
Les années 2016 et 2017 auront été celles du grand bouleversement du « millefeuille » de la petite couronne francilienne, avec la création de la Métropole du Grand Paris et la transformation de notre communauté d’agglomération en Etablissement Public Territorial ; nécessitant des décisions de la part de l’Etat sur la nouvelle organisation qu’il conviendra d’élaborer pour nos villes, départements et région de l’Ile de France.
L’année 2018 verra elle, la mise en place progressive sur trois ans de la suppression de la taxe d’habitation pour la majeure partie des habitants, alors même qu’elle représente notre principale ressource (23 millions d’euros de produit annuel). C’est une décision lourde pour les communes puisqu’elle fige la compensation par l’Etat au niveau de la taxe d’habitation de 2017 ; alors même que les charges, elles, continuent à progresser (salaires, inflation, indices de révision des prix, taxes sur les énergies, etc.). Le gouvernement a annoncé une réforme profonde de la fiscalité locale à l’horizon 2020 et la suppression totale de la taxe d’habitation sans la création d’un nouvel impôt, ce qui pose d’ores et déjà la question de la préservation de l’autonomie financière des collectivités à court terme. 
En dépit de ces nouvelles incertaines, le taux d’imposition de la taxe d’habitation n’augmentera pas et restera stable pour la treizième année consécutive. La taxe foncière fait, elle, l’objet d’un léger rattrapage. Nous pouvons également nous féliciter d’une maitrise rigoureuse en matière de gestion de la masse salariale des effectifs de la Ville.  Enfin le développement du parc hôtelier sur le territoire de la commune nous a incité à instaurer la taxe de séjour avec  des recettes estimées à 100 000 euros.
Malgré ce contexte difficile et grâce à l’effort de tous, la Ville continue d’avancer dans ses projets. Grâce à nos cessions de terrains pour la construction du futur éco-quartier de la Pointe de Trivaux, notre budget d’investissement reste à un haut niveau.   Cela nous permet donc de continuer à doter notre commune de nouveaux équipements, avec par exemple, dans le quartier de Meudon-sur-Seine, l’Avant Seine, espace polyvalent qui accueillera prochainement des salles destinées aux activités associatives, un relais administratif… Ou encore l’inauguration d’une maison de Santé à Meudon-la-Forêt, rassemblant quinze professionnels de santé de différentes spécialités (médecins généralistes, infirmières, chirurgiens-dentistes, podologues, ostéopathes)  pour laquelle la Ville a participé à hauteur de 100 000 euros. On peut également citer les travaux d’embellissement et d’accessibilité au Musée d’Art et d’Histoire (revêtement du parterre extérieur refait et lissé, sols stabilisés, choix de nouvelles plantes nécessitant peu d’entretien pour une optimisation du travail du service des espaces verts et une réduction des nuisances sonores et de la pollution).   
En plus de pouvoir réaliser nos programmes d’investissement au service des Meudonnais, nous pouvons poursuivre notre désendettement. Ainsi au 1er janvier 2018, ce dernier s’élève à 612€ par habitant contre 1485€ au niveau départemental et 1196€ au niveau régional.
Avec ces projets, notre Ville conserve son autonomie et montre sa capacité à se mettre service aux des Meudonnais, et notamment les plus fragiles. Cette année encore, le budget de l’action sociale est conservé et est même en légère augmentation avec un peu plus de 4,2 millions d’euros destiné au CCAS, aux soins infirmiers ou encore au maintien à domicile.

La Majorité municipale


Liste Meudon c'est vous

Être un élu local en 2018

Notre groupe pluraliste composé d’élus EN MARCHE et du PS, travaille mano en la mano pour réussir le Meudon de demain. Cette approche constructive se prolonge dans notre façon de travailler avec la majorité municipale. Ce n’est pas nouveau. Nous allons continuer et l’actualité récente nous donne raison.

Ainsi les élus de MEUDON C’EST VOUS ont toujours, depuis le début de leur mandat et à la suite de MEUDON OXYGENE, défendu cette vision pragmatique et consensuelle de leur mandat. Notre éthique de la responsabilité nous a conduit à dépasser les clivages toutes les fois où l’intérêt des Meudonnaises et Meudonnais nous y invitait. Évidemment nous avons des divergences, parfois même entre nous, mais nous avons toujours été attentifs à ce que nos propositions puissent être entendues de façon à être reprises par l’ensemble du conseil ou tout du moins par une majorité de celui-ci. C’était vrai avec Hervé Marseille, cela le demeure avec Denis Larghero.

Nous sommes donc heureux que l’une de nos propositions importantes fasse son petit bonhomme de chemin. Vous vous en souvenez : nous avions proposé, dans une de nos tribunes de Chloroville, que soit créé un budget participatif adossé à des comités de quartier. Nous avions même rédigé dans ces colonnes un projet détaillé de délibération en ce sens. Le maire de Meudon lors des vœux au personnel municipal et lors de la discussion sur le débat d’orientation budgétaire qui s’est déroulé le 13 février dernier en conseil, a reconnu l’intérêt de cette proposition et a clairement déclaré qu’il était prêt à travailler à un tel projet. Bien sûr, il restera à en dessiner les contours précis, à le rendre raisonnable et praticable. Nous serons mobilisés pour œuvrer avec la majorité à cette innovation démocratique.

Ce n’est pas rien car une telle démarche participative s’inscrit dans un moment où les finances publiques locales sont contraintes et où l’architecture institutionnelle de la Métropole et donc celle des relations entre collectivités va être redessinée à plus ou moins brève échéance. Sans doute, même si les projets définitifs à cet égard ne sont pas encore connus à cette heure d’écrire, irons-nous vers plus de cohérence et de mutualisation tout en recherchant les voies d’une démocratie de proximité imaginative et revivifiée dans laquelle chacun doit pouvoir prendre ses responsabilités. Mettre en place des moyens nouveaux pour répondre à ces enjeux, constitue certainement une voie utile pour notre ville.

C’est la preuve que les femmes et hommes de bonne volonté peuvent s’entendre. Notre vie publique a connu et connait encore des turbulences. Les tentations extrémistes n’ont pas encore disparues, en France comme en Europe. Les élus sont parfois taxés de tous les maux et la petite musique du soupçon est parfois trop facilement entonnée. Pour quelques personnages aux comportements condamnables, il arrive que pointe le risque d’une remise en cause globale de l’ensemble des élus. Les emballements soudains que permettent les réseaux sociaux provoquent des poussées de populisme numérique. Pourtant c’est ignorer que l’immense majorité des élus et notamment des élus locaux consacre leur temps et leur énergie, au-delà de leur intégrité, pour le bien commun. Leurs choix et décisions peuvent être débattues, contestées, discutées. C’est normal et heureux en démocratie. Leur engagement ne peut être ignoré.

Être élu local, c’est avant tout servir l’intérêt général.

Meudon C’est vous avec ses élus, Marc Mossé (en Marche), Bouchra Touba (Ps), Denis Maréchal (Ps), Philippe Caramelle (en Marche).

Liste Meudon terre de talents, de solidarité, d’avenir

Pas de texte adressé à la rédaction de Chloroville.

Liste De l’air ! Rassemblement des citoyens, écologistes et radicaux

Bellevue : et si le projet était redessiné?

Beaucoup de meudonnais voudraient voir leurs mini-centres de quartiers plus actifs et conviviaux avec de nouveaux commerces, davantage d'espaces publics mieux aménagés. Hélas, les contraintes sont fortes et les opportunités rares.

 

A Bellevue, le projet sur le CNRS fait l'objet d'un réexamen par les services de l'Etat. En effet, le CNRS avait argué d'une qualité de propriétaire en lieu et place de l'Etat. De plus, ce projet ne devait rien coûter mais laissait au promoteur qui n’est pas un philanthrope, le soin d’y retrouver un peu trop son compte. 

 

Il est donc temps d’examiner une alternative au profit d’un quartier dynamisé. En permettant moins de contraintes de circulation, la restitution au public du chemin des coteaux et un accès piéton plus rapide à la gare du T2. Il s’agirait de regrouper des services du CNRS et diminuer le nombre de logements (217 prévus). 

 

Faites entendre votre voix.

Loïc Le Naour (La République En Marche)

loic.le-naour@mairie-meudon.fr